Ateliers de la Grande Forge (Adultes)

Geste - Souffle - Parole

Distribution et équipe artistique

Sous l'appellation de La Grande Forge, les Tréteaux de France proposent pour tout public, professionnels et amateurs, un enchaînement de quatre ateliers : Souffle, Geste, Parole et Mouvement.

Résumé

Les ateliers de la Forge de la pratique ont pour but une meilleure compréhension et transmission dans nos échanges qu’ils soient corporels, verbaux, publics ou personnels. Ces ateliers s’adressent à toute personne avide de (re)découvrir le plaisir des langages, celui des mots comme celui des gestes. Enseignants, collégiens, lycéens, médiateurs, éducateurs, amateurs et professionnels de tous âges se retrouvent pour partager une pratique exigeante, constituante de lien social et de vitalité. Aucune connaissance spécifique n’est requise.

L'atelier de samedi 25 février au Théâtre du Fil de l'eau à Pantin sera animé par le comédien formateur Gérard Chabanier qui proposera un travail sur le mouvement, masque neutre et le coeur comique. 

L'atelier de samedi 25 février aux Tréteaux de France à Pantin sera animé par le comédien formateur Patrick Palmero qui proposera un travail sur le dire, la syntaxe et la lecture à voix haute. 

INSCRIPTIONS AU 01 49 15 41 70

 

Contact et renseignement :
Carole Tieze
01 55 89 12 60 – 06 82 14 80 16– carole.tieze@treteauxdefrance.com

L'ATELIER DU SOUFFLE

de l'agitation à la concentration, conçu par Alan Boone

L’expiration est le premier vecteur de l’expression et la respiration le fondement de notre vie. Une gymnastique respiratoire est indispensable pour mieux gérer les situations de peur, d’anxiété et de retenue, en assurant une bonne ventilation de l’organisme, qui est l’outil essentiel de l’acteur mais aussi de chacun d’entre nous.

Au théâtre comme dans la vie, la respiration doit être maîtrisée pour donner vie aux mots, et transmettre l’énergie. Dès lors, la respiration a un impact à la fois physique et mental : elle influe sur les sentiments des acteurs et des spectateurs recevant le texte, ainsi que sur chacun d’entre nous au quotidien. 

Déroulé de l'atelier:

Echauffement préparatoire.
Exercices de gymnastique pour une maîtrise du souffle : tonifier le diaphragme, muscler la ceinture abdominale profonde, dynamiser le corps, améliorer la concentration, l’agilité, la souplesse, le rythme et la coordination.
Recherche d’une cohésion de groupe.
Développement d’un imaginaire sensoriel, gestuel, verbal.

Mots clefs

Extériorisation – tonification – énergie – expression corporelle – spontanéité – relation entre le mouvement et l’émotion – dynamique de groupe. 

Durée de 1h à 4h maximum

L'atelier se déroule dans une grande salle et rassemble entre 15 et 20 participants.

Matériel nécessaire : tapis de sol, livres et chaises.

Bibliographie recommandée : Les Sensations insolentes de Pierre Debauche / Le Jeu verbal de Michel Bernardy / La Respiration anatomie-geste respiratoire de Blandine Calais-Germain / Le Cercle des Anciens de Patrice Van Eersel et Alain Grosrey / L’Erreur de Descartes de Antonio Damasio.

 

L'ATELIER DU GESTE

de la gesticulation au geste, conçu par Caroline Marcadé

Le mouvement est un langage à part entière. Partir du corps pour rencontrer les autres, créer des espaces et des fictions, produire des images en travaillant la qualité du geste, développer la conscience du mouvement : autant de moyens que la danse ajuste pour elle-même et peut mettre au service du théâtre. Pour le comédien sur scène mais aussi pour chacu d'entre nous dans la vie quotidienne, il s’agit de maîtriser le corps et ses possibilités de gestes et de mouvements comme le vecteur premier de l’expression de soi. Il est possible alors de transmettre à son tour les richesses du corps comme exploration d’un imaginaire et création d’un lien avec l’autre. En interrogeant les rituels d'ici et d'ailleurs, Caroline Marcadé porpose aux stagiaires d'explorer et de creuser les mouvements du corps : à partir de sensations enfouies, il s'agira de faire pousser des gestes singuliers et collectifs. Le groupe partira à la rencontre des « fantômes » tapis sous les muscles. 

Déroulé de l'atelier :

Echauffement préparatoire.
Exercices au sol : respiration, étirement, musculation, rythme, endurance…
Exercices debout : conscience de l’espace et du temps, conscience des autres, écoute, poids, appui, contact, fluidité, vitesse, lenteur…
Travail en improvisation : marche et ses dérivés, le chœur en marche, la voix en marche, le geste quotidien, le geste poétique.
Recherche autour du geste comme outil d’expression, en lien avec le langage parlé.
Développement d'un imaginaire sensoriel, gestuel, verbal.

Mots clefs

Tonification – énergie – maîtrise – expression – création par le mouvement – langage corporel – rencontre – ouverture. 

Durée de 1h à 4h maximum

L'atelier se déroule dans une grande salle et rassemble entre 15 et 20 participants.

Matériel nécessaire : tapis de sol, livres et chaises.

Bibliographie recommandée : 9 rendez-vous en compagnie de Caroline Marcadé / La Poétique de l’espace de Gaston Bachelard / Les ouvrages sur le corps de Bernard Noël / La poésie de René Char

L'ATELIER DE LA PAROLE

du bavardage à la parole, conçu par Patrick Palmero

Le verbe (au sens de parole) véhicule la pensée au moyen de la syntaxe, qui organise la parole. Le vers tel que l’alexandrin est un outil qui permet de s’approprier les particularités de la langue française, dépourvue d’accents toniques et de déclinaisons, mais riche de permutations qui peuvent la rendre inintelligible si la diction ne se construit pas dans une véritable adresse à l’autre.

Percevoir la valeur sensorielle de chaque syllabe dans l’équilibre du vers permet de jouer avec la poétique du nombre et la découverte du rythme, et d’éprouver qu’ils sont les supports sensibles de la pensée. Pour l’acteur comme pour tout spectateur, être en pleine maîtrise de la langue, comprendre de l’intérieur son fonctionnement pour savoir en jouer, c’est savoir utiliser ses propres outils d’expression et s’assurer dans ses prises de parole, aussi bien quotidiennes que poétiques. 

Déroulé de l'atelier

Travail de l’appareil vocal : échauffement, souffle, résonateurs, diction, articulation, musculation des lèvres et de la langue, pose-force-déblocage de la voix, voyelles et consonnes…
Etude syntaxique et de la rhétorique : les différents syntagmes, le trio protase-acmé-apodose, les opérations de la syntaxe (addition, soustraction, multiplication, division), la métrique, la phonétique…
Etude et pratique de la langue française, développement de l'imaginaire sensoriel, gestuel et verbal.
 

Mots clefs

Art de la parole/du discours – approche ludique de la syntaxe et da la rhétorique – diction – vers poétique. 

Durée de 1h à 4h maximum

L'atelier se déroule dans une grande salle et rassemble entre 15 et 20 participants.

Matériel nécessaire : tapis de sol, livres et chaises.

Bibliographie recommandée :  Le Jeu verbal de Michel Bernardy / Traité pratique de la diction française de George Leroy / Trouver sa voix de Louis-Jacques Rondeleux / 11 rendez-vous en compagnie de Robin Renucci.

 

L'ATELIER DU MOUVEMENT

de l'inconscient à l'expressif, conçu par Stéphane Gallet

L’entrée au théâtre se fait par le corps : chaque mouvement est pris en compte dans sa singularité afin de permettre à tous les participants d’entrer en jeu les uns avec les autres.

L’utilisation du masque permet de prendre conscience que bien avant l’utilisation des mots, le corps a déjà beaucoup « parlé ». L’objectif est de comprendre ce qu’il raconte afin de mettre ces compréhensions au service de l’expression. Pour les participants, il s’agit de découvrir que l’approche du travail théâtral par la pratique corporelle est un formidable outil pédagogique au service de la transmission. Elle permet d’établir avec tous les publics des passerelles entre le corps et le texte. Le formateur ou l’enseignant, peut ainsi mieux apprécier les ressources qu’offre la pratique théâtrale dans le cadre de sa pédagogie. Prendre la parole en public ou enseigner, c’est être sous le regard des autres : ce travail sur le mouvement peut permettre d’apprendre à créer les conditions corporelles pour être écouté.

Déroulé de l'atelier

Échauffement préparatoire (étirements au service de l’expression). Exercices corporels : marche, démarche, croisements, chœur.

Exercices avec le masque : masque neutre, masque larvaire, masque de caractère, faux nez…

Exercices d’improvisation : avec l’objet, avec l’autre.

Mise en lien avec le travail sur la voix, la lecture, le texte

Réflexion sur la transmission : quelle pédagogie déployer pour guider les stagiaires dans un travail sur le mouvement ? Quel vocabulaire utiliser selon le public auquel on s’adresse ?

Mots clefs

Mouvement – pratique – improvisation – masque - l’attention à « ici et maintenant » - pédagogie -transmission.

Durée de 1h à 4h maximum

L'atelier se déroule dans une grande salle et rassemble entre 15 et 20 participants.

Matériel nécessaire : tapis de sol, livres et chaises.

 

Biographie de l'auteur

 

Alan Boone

Ancien élève du Conservatoire national supérieur d’art dramatique de Paris, Alan Boone est metteur en scène et comédien de théâtre, cinéma, télévision. Il a travaillé avec Jean-Claude Cotillard, Sydney Pollack, Alvin Ailey, Michel Bouquet, Antoine Vitez, Jacques Nichet, Robin Renucci, entre autres. Il a créé une émission de télévision sur M6. Il est également formateur spécialisé sur le souffle et intervient  ce titre à l’ESAD à Paris, à la Sorbonne-Nouvelle, aux festivals de mime à Londres et à Hong-Kong, à la State University of New York, au Centre national des Arts du cirque… Il est chargé de formation médicale continue au service périnatalité de la clinique Jules Verne à Nantes. Il est formateur associé aux Rencontres Internationales de Théâtre en Corse, dans le cadre de l’ARIA, sous la direction de Robin Renucci. Il est professeur associé au Théâtre du jour-Ecole d’Aquitaine à Agen, sous la direction de Pierre Debauche. 

Caroline Marcadé

Danseuse, chorégraphe et metteuse en scène. Sa rencontre avec Antoine Vitez l’amène à la création d’une véritable dramaturgie du corps de l’acteur. Dès 1979, elle crée la compagnie Caroline Marcadé qui devient, en 1999, la compagnie Elan Noir-Théâtre Evadé. Elle fonde en 1993 le département Corps et Espace au Conservatoire national supérieur d’art dramatique où elle est également professeur de danse. Développer la part du corps dans la formation de l’acteur, mettre en place des outils de jeu, créer un théâtre dansé où les textes et les corps s’engagent mutuellement sont ses objectifs pédagogiques.  Le corps est abordé comme un instrument de haute précision, il sculpte l’émotion avec minutie. 

En 2012, elle crée au Théâtre de l’Ouest Parisien Portraits de femmes, cœur à corps, deux monologues dansés interprétés par Dominique Valadié et Juliette Roudet. Cette création est la première d’un projet théâtral et chorégraphique pour vingt-quatre actrices, un hommage au corps féminin à travers la peinture et la littérature. En interrogeant les rituels d’Ici et d’Ailleurs, elle propose aux stagiaires d’explorer et de creuser les mouvements du corps : à partir de sensations enfouies, il s’agira de faire pousser des gestes singuliers et collectifs. Le groupe, patient, attentif partira à la rencontre des « fantômes » tapis sous les muscles. La musique d’Aimé Césaire et de Léopold Senghor sera le rythme nourricier de l’imaginaire des stagiaires. 

Patrick Palmero

Patrick Palmero est formé au Conservatoire national de région de Grenoble. Il fait ses débuts à la Comédie des Alpes. Il passe ensuite le concours de l’ENSATS à Strasbourg où il est reçu mais choisit de travailler à Paris. Au théâtre, il a joué dans plus d'une trentaine de pièces, travaillant notamment avec René Loyon, S. Renauld, Mitch Hooper, Robert Hossein, Guy Freixe, Jean-Claude Penchenat, Pierre Vial, Michel Vinaver, Alain Batis, Serge Lipszyc, F. Berthier, Christian Schiaretti... On le voit également au cinéma et dans bon nombre de téléfilm.

Parallèlement à son métier de comédien,  continuant à creuser le sillon de l’éducation populaire, il est également formateur en direction des publics amateurs et professionnels, jeunes et adultes. Il intervient à l'Aria en Corse depuis 2001.

Stéphane Gallet

Stéphane Gallet est comédien, metteur en scène, enseignant. Instituteur de formation, il suit parallèlement les cours d’art dramatique de l’atelier Charles Dullin. Avec la compagnie du Matamore, il joue dans plusieurs spectacles de Serge Lipszyc. Il a également été mis en scène par Pierre Vial, René Jauneau, Bruno Cadillon, Anouch Paré, Pascal Gleizes, Gérard Chabanier, Michel-Pierre Bachelet, Bruno Minard. Utilisant le jeu masqué, il a mis en scène des pièces de Molière, de Brecht, de Shakespear eet de Raymond Queneau…

L’enseignement tient une place centrale dans le travail de Stéphane Gallet. Titulaire d’une licence d’encadrement d’atelier théâtral et d’un master 2 de recherche en études théâtrales, il est formateur et metteur en scène associé aux Rencontres Internationales de Théâtre en Corse, sous la direction de Robin Renucci (l’ARIA). Il anime également des stages et des ateliers pour l’ARIA en Île de France, notamment auprès de professeurs des écoles ou du secondaire, et des animateurs jeunesse.