LAKHES SUR LE COURAGE

Un dialogue de Platon - Adaptation et mise en scène de Grégoire Ingold / Création 2016

Distribution et équipe artistique

avec Tariq Bettahar, Bruno Cadillon, Julien Leonelli, Sylvain Méallet, Stéphanie Ruaux

Production Tréteaux de France – Centre dramatique national

Coproduction Balagan Système, Ouvroir de la Philosophie dramatique.

 

Diffusion du Spectacle Contact 
Juliette Marie
01 55 89 12 63 – 06 33 10 75 54 – juliette.marie@treteauxdefrance.com

 

Résumé

Et si le lieu du théâtre se changeait en forum, en un espace interactif où chacun pourrait prendre part au débat ?

« Jouer à penser » tel pourrait être l’invitation de la philosophie dramatique de ce spectacle.

 

Ne pouvant s’accorder sur la valeur éducative de la pratique des armes pour la jeunesse, deux généraux en retraite, Nicias et Lakhès, invitent Socrate à les départager. Si l’affermissement du courage semble faire consensus comme but d’une éducation martiale, se pose alors la question : qu’est-ce que le courage ? De questions en conséquences, Socrate pousse chacun dans ses retranchements jusqu’à avouer son impuissance à produire une définition convaincante. Pour autant, il ne saurait être question de capituler ; que le courage lui même ne nous raille pas de le chercher si peu courageusement ! lance Socrate avant d’appeler les spectateurs à la rescousse. Comédiens et public, il nous revient de poursuivre l’enquête afin de constituer ensemble, une image positive de cette vertu cardinale.

Le spectacle peut être accompagné d'un atelier du "Jeu de la dispute" ouvert à tous les publics.

Pro et Contra, jouer à penser
Pro et contra est un dispositif de jeu en équipes qui nous met en situation de devoir défendre une position tout en expérimentant le caractère relatif de notre jugement.

Soit, pour une question définie, la capacité que j’ai de soutenir positivement une argumentation face à un adversaire qui, pour sa part, soutiendra la position contraire, et ce faisant, d’emporter l’adhésion d’un jury. Le choix des positions à défendre par chaque équipe est tiré au sort et ne procède donc pas d’une conviction.

Petit exercice de dialectique appliquée, expérience de l’altérité – comment épouser un point de vue qui n’est pas, à priori, le mien ; dans quelle logique de pensée faut-il que j’entre pour défendre une vision qui m’est étrangère mais qui démontre, par sa seule existence, le caractère relatif de ce qui fonde ma certitude.

Sur la durée d’une séance de deux heures